Bienvenue
sur

Harpagophytum Procubens

HARPAGOPHYTUM 
(douleurs articulaires)

http://www.eutraco.com/sante/lesplantes/rhumatisme/harpagophytum.html

Histoire de la plante : Harpagophytum procumbens : Depuis les âges les plus reculés, les sorciers africains utilisaient l'Harpagophytum pour soigner les maux les plus divers. La plante doit son nom à ses fruits, remarquables par leurs aiguillons terminés en crochets (le mot grec "harpagos" signifie grappin, crochet d'abordage). Dans ces crochets s'emmêlent d'ailleurs les pattes des bovins et des ovins, qui sont alors condamnés à une danse désordonnée presque "diabolique". Le nom de "Griffe du Diable", initialement destiné au fruit, a été ainsi repris pour désigner par extension, la plante entière. Mais c'est en fait à sa racine que l'Harpagophytum doit ses propriétés bénéfiques. En 1904, un fermier allemand vivant en Namibie fut, lors du soulèvement des Hotentots, le témoin d'une guérison "miraculeuse". Le sorcier de la tribu ne voulant pas livrer son secret, le fermier grâce à son chien parvint à trouver le lieu précis où avait été arrachée la plante. Des échantillons de la racine ainsi découverts étaient envoyés en Allemagne : Harpagophytum procumbens D.C était identifié.

Propriétés: Les racines de l'Harpagophytum sont riches en Harpagosides et connues pour leur activité anti-inflammatoire permettant de combattre la douleur. L'intérêt de l'Harpagophytum dans le traitement de l'arthrose et les inflammations rhumatismales est aujourd'hui universellement reconnu.

 

http://www.01sante.com/xoops/modules/icontent/index.php?page=633

PRINCIPES ACTIFS MAJEURS

La racine secondaire d'harpagophytum contient de nombreux composants mais surtout des glucosides monoterpinique amers iridoïdes du type aucuboside : l'harpagoside, l'harpagideet le procumbide,ainsi que des bêta-sitostérols qui ont la propriété d'inhiber la formation d'une enzyme qui participe au processus inflammatoire : la prostaglandine-synthétase, tous ces principes actifs (qui agissent vraisemblablement en synergie) étant à l'origine de ses propriétés anti-inflammatoire et antirhumatismale.

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES ESSENTIELLES

La racine secondaire d'harpagophytum possède des propriétés :

analgésique et anti-inflammatoire (équivalentes à celle de la phénylbutazone, mais sans aucun des effets secondaires et aucune des nombreuses contre-indications de cette médication chimiothérapique) spasmolytique

antirhumatismale

hypocholestérolémiante et hypo-uricémique.

INDICATIONS PRINCIPALES

Actuellement, l'harpagophytum est surtout utilisé 

 En général :

Chaque fois qu'il est nécessaire de lutter contre un état douloureux, inflammatoire et/ou spasmodique.

En particulier : 

 

Sphère ostéo-articulaire :Arthrite sous toutes ses formes (sauf la polyarthrite rhumatoîde) et, surtout,l'arthroseà tous les niveaux (colonne vertébrale cervicale, dorsale ou lombaire, hanche, genou, main) -Lumbago - Tendinite - Capsulite - Bursite - Synovite - Entorse.

Autres sphères :Sciatique - Goutte.

FORMES D'UTILISATION

Les formes habituelles d'administration de l'harpagophytum en phytothérapie contemporaine sont la poudre totale sèche(micronisée, et de préférence cryobroyée) en gélules qui représente le totumvégétal de la racine secondaire dans toute son intégrité et toute son intégralité, et l'extrait sec (souvent sous forme de nébulisat) en gélules ou en capsules.

Il peut aussi être pris (pour les troubles mineurs) sous forme de décoction (faire bouillir 25 g de racines séchées dans un litre d'eau pendant 10 mn, laisser macérer toute la nuit et filtrer le lendemain matin) ; sous forme d'infusion (faire infuser une cuillerée à café de poudre de racine séchée dans un demi-litre d'eau bouillante pendant toute la nuit et filtrer ; ou, pour plus de facilité, en utilisant les sachets-doses prêts à l'emploi de certaines spécialités pharmaceutiques mentionnées ci-dessous) ; et sous forme d'extrait aqueux en spécialités prêtes à l'emploi (en ampoules buvables) vendues dans les pharmacies et les magasins de diététique.

Il est également utilisé dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses autres plantes complémentaires (sous forme de décoctions et d'infusions composées, mais surtout aujourd'hui sous forme de mélanges de poudres totales ou d'extraits secs en gélules, ainsi qu'en association sous forme d'autres présentations comme l'extrait hydro-glycolique) choisies et prescrites en fonction de chaque malade par les médecins phytothérapeutes.

L'harpagophytum existe enfin sous forme de nombreuses spécialités pharmaceutiques phytothérapiques répondant à ses indications (seul ou en association avec d'autres plantes aux vertus complémentaires) :

Artrosan* - Diétaroma Harpagophytum* - Élusanes Harpagésic* - Extrait aqueux d'Harpagophytum
Superdiet* - Gifrer Harpagophytum* - Harpagophytum Boiron* - LBP Harpagophytum* - Phytescens,F47* - Titrex Harpagophytum* - Vitaflor Harpagophytum* -
etc.

La durée du traitement sous ces formes et à ces doses est éminemment variable en fonction des troubles à traiter et de leur importance. En règle générale, il doit être poursuivi jusqu'à disparition – ou nette amélioration - de ceux-ci et ne pas être inférieur à 3 semaines avant de juger valablement des résultats.

Préparations magistrales médicales : Suivre strictement les indications mentionnées sur l'ordonnance par le médecin traitant.

Spécialités pharmaceutiques : Suivre les recommandations d'utilisation du laboratoire quant à la dose, la durée du traitement et - pour les enfant- l'âge à partir duquel la spécialité peut être prise.

REMARQUES IMPORTANTES

L'harpagophytum est d'une totale innocuité (même à fortes doses), n'engendre aucune accoutumance,n'a aucune contre-indication formelle (il est seulement déconseillé chez la femme enceinte, surtout en fin de grossesse, du fait de son action ocytocique : accélératrice de l'accouchement), ne provoque aucun effet secondaire aux doses conseillées ci-dessus (notamment au niveau du tube digestif comme c'est le cas avec les anti-inflammatoires de synthèse, seul un petit effet laxatif peu apparaître avec de très fortes doses), et ne présente aucune incompatibilité avec d'autres thérapeutiques (y compris chimiothérapiques) pouvant lui être associées. Il peut donc être utilisé - quand nécessaire – à fortes doses et en cure prolongée sans aucun risque.

L'origine du nom vernaculaire de l'harpagophytum : Griffe du diable est tout à fait justifiée. En effet, les fruits ligneux garnis de griffes acérées qui sont sur le sol s'incrustent sous les sabots des animaux itinérants (moutons et antilopes notamment) qui, handicapés dans leur mobilité, essaient - souvent en vain - de s'en débarrasser en frappant furieusement la terre de leurs pattes, ce qui donne lieu à une sorte de danse endiablée ayant pour résultat final une excellente déssimination de la plante dans son environnement.

 

http://www.naturosante.com/rubriques/homeophyto/homeophyto.php?14

Harpagophytum - Griffe-du-diable

Cette plante appartient à la famille des pédaliacées
Nom commun : Griffe-du-diable.
Nom scientifique : Harpagophytum procumbens.
Nom anglais: Devil's claw.

Elle est originaire d'Afrique Australe, Centrale et du Sud. Elle est très répandue dans le veldt du Transvaal. Elle affectionne les chemins, les sols incultes, argileux ou sablonneux. Les principes actifs se trouvent dans les tubercules que l'on multiplie par semis et que l'on récolte en automne.
Elle est employée par les Bantous et les Hottentots pour soigner les rhumatismes, les troubles digestifs, comme tonique et comme fébrifuge. Ses fruits, en forme de crochets, s'accrochent à la fourrure des animaux sauvages : les "Griffes du Diable", terme initialement destiné aux fruits, désigne aujourd'hui la plante entière.

Usages et propriétés:

Principaux constituants

On utilise le tubercule de la plante.

Ses propriétés sont en partie liées à la présence, dans les racines secondaires, de trois glucosides appartenant au groupe des iridoïdes : harpagoside, harpagide et procumbide.

Phytostérols.

Flavonoïdes.

Harpagoquinone.

Effets antalgiques et anti-inflammatoires.

Ces actions ont été confirmées par de nombreuses recherches. Les propriétés anti-inflammatoires sont bien réelles et seraient similaires à un effet cortisone-like. Ce remède s'avère particulièrement efficace dans la prise en charge d'affections rhumatismales aiguës telles l'arthrite et la goutte, par exemple, mais également dans les pathologies chroniques : arthrose, fibromyalgie, polyarthrite…
HARPAGOPHYTUM serait également antalgique compte tenu de son action anti-inflammatoire.
Certains sportifs l'utilisent pour lutter contre les douleurs musculaires et tendineuses.

Action sur le digestif.

L'amertume d'HARPAGOPHYTUM lui confère des vertus stimulantes et tonifiantes pour le système digestif. Il draine l'estomac et la vésicule biliaire. Ces effets pourraient contribuer à son succès dans la prise en charge des affections rhumatologiques. En effet, les rhumatismes chroniques sont souvent considérés par les homéopathes et phytothérapeutes comme étant des maladies de surcharges, conduisant à une mauvaise élimination et assimilation.
En pratique, on conseille cette plante en appoint, dans les douleurs dyspepsiques, les douleurs digestives (s'abstenir si ulcère gastrique ou duodénal), les désordres de l'intestin, du foie, de la vésicule biliaire, des reins et de la vessie, et ce d'autant plus que des douleurs articulaires y sont associées.

Contre-indications.

Ulcère digestif : gastrique, duodénal, pathologie inflammatoire du colon et ou du rectum.

Grossesse.

Hypertension artérielle.

Préparations.

HARPAGOPHYTUM se trouve sous forme de gélules, de teinture-mère et tubercules séchés pilés ou en rondelles pour la préparation d'infusions ou décoctions.

Décoction : faire bouillir durant une quinzaine de minutes une cuiller à café de racine pilée dans un demi-litre d'eau. Consommer par petites quantités pendant un à deux jours en cas de rhumatismes.

Teinture-mère : 20 à 30 gouttes deux fois par jour.

Gélules : la posologie varie selon le titrage du remède.