Bienvenue
sur

Constat sans aspartame

CONSTAT SANS ASPARTAME

 

J’ai arrêté de prendre des sucrettes et de l’aspartame  depuis le 23 Juin 2004, je n’oublierai jamais cette date.

Depuis la veille j’avais une crise de tétanie, les muscles des bras sautaient tout seul et j’avais eu une syncope en voiture trois jours plus tôt sans la sentir arriver.

J’étais dans un état pitoyable. Plus aucun médecin ne savait comment me soigner et ils avaient peur de me voir arriver en consultation. Chaque semaine, et parfois deux fois dans la même semaine un nouveau malaise important se déclenchait. J’étais devenue un gouffre pour la sécurité sociale, une bête noire pour les médecins et pour moi c’était un enfer de douleurs et de malaises que je ne supportais plus du tout.

J’avais rencontré un mois avant le rhumatologue à qui j’avais donné un écrit expliquant tous mes malaises et surtout l’état de mes nerfs. J’étais devenue très agressive pour mon entourage et envers moi-même. Je n’acceptais pas mon état et ma déchéance.

Ma vie était devenue un enfer, jour après jour, mois après mois, année après année surtout qu’en plus j’ai une fibromyalgie.

 

Donc ce fameux 23 Juin 2004, ne voulant plus aller voir de médecin, qui ne pouvait rien pour moi, j’ai cherché sur le net le mot TETANIE. Comment trouver une astuce pour calmer mes muscles qui sautaient, c’était usant et cela empirait, cela commençait à toucher mes jambes.

Sur un site, j’ai découvert en bas à droite un pavé marqué ASPARTAME. Ma mère me disait toujours que c’était un produit chimique, j’ai cliqué dessus pour lire ce qui était écrit sur ce sucre synthétique.

Et là l’horreur, j’ai découvert dans la liste la totalité des malaises que j’avais.

Chaque médecin me disait que je devais avoir autre chose en plus de ma fibromyalgie mais quoi ?

Personne n’avait jamais trouvé de solution.

J’ai passé plusieurs jours à lire tout ce que je trouvais sur l’empoisonnement à l’aspartame, c’était abominable.

J’en ai parlé à ma kinésithérapeute, qui m’a indiqué les numéros de téléphone du centre anti-poison du Nord de la France. J’ai téléphoné mais il ne pouvait rien pour moi, il ne connaissait pas cet empoisonnement, ils m’ont dirigé sur un autre service du CHU, eux n’ont plus ne connaissaient pas.

Je suis allée consulter mon médecin généraliste, il n’a pas mis ma parole en doute et m’a dit qu’il chercherait dans la bibliothèque médicale d’un autre CHU de la région de Picardie. Quelques mois après, il m’a dit qu’il n’avait rien reçu concernant ce sujet. Idem pour l’ophtalmologue qui me suivait et qui avait constaté le durcissement des rétines depuis deux ans, mais sans savoir d’où cela venait.

 

J’étais donc seule face à ce problème

 

Moi, j’ai cru ce qui était écrit, je n’avais plus rien à perdre, ma vie n’était plus qu’un ENFER de douleurs et d’handicaps.

J'ai décidé d'arrêter l'aspartame, fini les sucrettes.

Puis j’ai lu les compositions sur la nourriture, tous les produits sans sucre étaient à base d’aspartame, donc j’ai donc jeté les chewing-gum que je consommais de temps en temps.

Je me suis souvenue que j’avais pour ma toux perpétuelle un sirop sans sucre et là j’ai découvert aussi de l’aspartame, idem dans le sirop pour la toux de ma petite fille de 4 ½ ans ! ! ! ! ! !

J’ai ouvert toutes les boites de médicaments que je prenais pour tenir debout et tenter de me soigner la multitude de malaises que j’endurais.

Là l’horreur, pas un médicament n’était sans aspartame dans l’excipient.

Je commençais à comprendre pourquoi plus je me soignais, plus j’étais malade, les doses d’aspartame que j’avalais étaient énormes.

J’ai pris seule la décision de ne plus rien prendre du tout, je verrais ce qui arriverait.

Malheureusement avec ma fibromyalgie, au bout de quinze jours je ne tenais plus les douleurs étaient trop violentes et insoutenables, tous les malaises étaient toujours présents.

J’ai demandé au médecin de me prescrire un autre traitement pour tenir le coup mais sans aspartame et sans talc. Cela fut très dur de le trouver mais avec le temps il a réussi à me redonner les quelques médicaments nécessaires et indispensables qui ne contenaient pas ces deux excipients.

 

Le test NO ASPARTAME personne ne savait ce que c’était, en fait je le faisais sans le savoir.

 

Aucune analyse de sang n’existait en France pour constater notre empoisonnement, le médecin ne pouvait rien prouver et ne pouvait pas non plus me soigner.

Donc j’ai continué ce chemin seule avec les informations du net que je continuais de lire et de rechercher, avec des messages d’appel au secours lancés par Email, avec des réponses mais aucun traitement, juste un mode de vie à modifier, ce que j’avais déjà entrepris depuis le 23 Juin 2004.

 

6 mois après et non deux mois comme le test le dit, je n’avais encore vu aucune amélioration. Puis en Janvier sans m’en rendre compte des malaises sont disparus, je m’en suis aperçue fin Février. J’ai commencé à faire très attention pour vérifier les améliorations et je peux vous annoncer les malaises que je n’ai plus actuellement. La liste s’allonge chaque semaine, j’arriverai encore à en supprimer et ma fibromyalgie diminue d’intensité.

 

Voilà huit mois que je ne prends plus ce poison car pour moi et cela n’engage que moi, c’est du poison.

 

Je peux enfin constater les améliorations

 

Les yeux, je n’ai plus la vue brouillée, le voile blanc comme du brouillard est disparu. Je peux regarder au loin et au près ma vue s’adapte maintenant sans problème. Je n’ai plus le pieu dans l’œil gauche qui était là en permanence. Je n’ai plus les yeux secs et brûlants avec impression de sable, ils sont encore très fragiles au soleil, à la neige, aux oignons, mais cela n’a plus rien à voir avec avant. Je n’ai pas encore revu le spécialiste pour vérifier l’état de mes rétines, cela peut attendre, j’ai retrouvé ma vue, c’est le principal.

 

La mémoire, je peux refaire des mots croisés force 4, je peux additionner deux chiffres ensemble. Je me rappelle de mes rendez vous alors qu’avant je ne me souvenais plus de rien, de ce que je devais faire ou de ce que j’avais fait, de ce que je lisais, ce que j’écoutais comme conversation.

J’avais l’impression que j’entendais mais que mon cerveau n’enregistrait plus rien, on me parlait et je ne pouvais répondre je n’avais pas mémorisé les paroles que l’on venait de me dire, je devais faire répéter plusieurs fois ou faire écrire pour me souvenir. Tout cela un mauvais souvenir, j’ai encore du mal à additionner mentalement plusieurs chiffres ensemble mais cela reviendra surtout que dans mon ancienne profession je faisais mentalement des énormes additions et que je mémorisais sur plusieurs années en arrière tout ce que j’avais fait. Les chiffres sont encore durs mais les souvenirs sont revenus intact. Je ne mets plus dans le réfrigérateur un plat qui doit aller au four, je ne range plus les clés dans la boite à cirage, des anecdotes dont maintenant je ris et la liste de ces bêtises pourrait être longue. J’ai abandonné la calculatrice pour additionner deux chiffres simples ensemble.

 

Les jambes, je peux rester maintenant debout une demi heure sans souffrir, je n’ai jamais fait faire le corset qui devait e permettre de continuer à rester debout.

Je peux à nouveau marcher dans ma maison sans ma béquille. Je peux remonter mes escaliers plusieurs fois par jour alors qu’avant je montais et descendais à quatre pattes .Cela m’arrive encore mais un fois ou deux par mois alors qu’avant c’était tous les jours. Je peux refaire 500 m avec l’aide de ma béquille alors qu’avant 100 m était devenu un enfer, je recommence à marcher et ne plus être assise toute la journée.

 

Tétanie, disparue complètement, fini les muscles qui sautent tout seul, ce qui était usant et énervant.

 

Migraine, au lieu de tous les jours et de toutes les nuits surtout, je ne l’aie plus qu’une fois par semaine.

 

Agressivité, je suis devenue plus sociable, je ne m’en veux plus et je tolère les autres alors qu’avant j’étais infecte. Je démarrais au quart de tour, ne supportais plus rien, j’étais invivable même avec moi, je n’acceptais pas ce que j’étais devenue. Mes nerfs se sont calmés et maintenant il me faut un gros souci pour que j’explose et craque. Je ne suis plus épidermique comme il y a 8 mois. Il faudra encore du temps pour que je décompresse et me détende vraiment mais j’y arriverai.

 

PROLACTINE, disparue, fini de lait dans les seins alors que cela dure depuis 28 ans. Je n’ai plus mal dans les ovaires qui étaient en permanence enflammés. Le dérèglement hormonal doit être disparu car je n’ai plus aucun des malaises que cela m’occasionnait depuis tant d’années, tant d’opérations et d’hospitalisations en service endocrinologie, tant de souffrances pour rien, ce système pileux développé , cette obésité pour finir par une hystérectomie.

Les kilos pris sur le bassin commencent à disparaître, j’ai perdu une taille et 2 kg sans faire de régime, fini donc ce dérèglement qui stockait aux hanches en vue d’un futur enfant

Tant de kilos pris avec ce dérèglement, tant de régimes et de privations, la pose d’un anneau de gastroplastie pour finir avec la rate en moins, ainsi qu’une partie du foie et l’estomac à moitié fermé, car ce problème là a duré toute ma vie de femme à cause d’un médecin qui m’a fait prendre de l’aspartame, ainsi que les hôpitaux qui me suivaient. Une vie gâchée pour rien.

 

IRRITATION CUTANEE, je ne pers plus ma peau tous les jours, elle est redevenue un peu plus souple et moins sèche, elle ne me démange plus, avant je finissais par me gratter avec une fourchette, envolé cela, je n’ai plus l’intérieur de mes habits chaque jour tout blanc, ma peau me fait moins mal, elle est moins fragile.

 

FATIGUE je suis moins fatiguée, je peux rester debout plusieurs heures alors qu’avant j’étais plutôt tout le temps couché, je n’arrivais plus à me traîner, je passais de la chaise, au fauteuil et du fauteuil au canapé ou au lit, tout me semblait lourd, mes bras, ma tête, le moindre effort était insurmontable, j ‘avais l’impression que le ciel me tombait sur la tête, à ce jour j’arrive à faire une journée en deux fois avec un repos de 2 à 3 h entre deux, mais j’ai repris goût à essayer de faire moi même, et je refais certaines choses seules.

 

TACHYCARDIE, je l’avais toutes les après-midi, j’appuyais fort sur mon cœur, tellement cela faisait mal, le malaise pouvait durer une heure, j’avais peur que mon coeur finisse par lâcher à force, je me retrouvais plusieurs fois par semaine dans le lit, tellement ce malaise m’épuisait, à ce jour je ne l’ai eu que deux fois durant le mois.

 

INSOMNIE même les somnifères ne faisaient plus d’effet, je dormais à peine 3 h par nuit avec toutes les idées noires qui tournaient sans cesse dans la tête, j’étais usée le matin et je me levais pour que tout s’arrête. Depuis début Février j’arrive avec le somnifère à dormir à nouveau 6 h par nuit et plus de cauchemars.

 

DIFFICULTES RESPIRATOIRES les apnées nocturnes sont presque disparues, je n’ai plus la migraine la nuit par étouffement, je devais voir un médecin pour être mise sous oxygène, j’avais le courrier et le rendez vous. Envolées ces vilaines bouteilles OUF je respire

 

DIFFICULTE ELOCUTION, les mots dans ma bouche se bousculaient, j’inversais les mots ou je n’arrivais pas à les prononcer cela m’énervait quand cela m’arrivait, j’étais en colère contre moi même, cela n’est plus revenu depuis Janvier.

 

PERTE DE GOUT le sucre était amer, le sel acide et le poivre du feu, plus rien n’avait de goût, j’ai retrouvé le goût du sucre même si j’en mange vraiment très peu, le sel sale maintenant, et le poivre relève le goût, c’est plus agréable quand on mange, les épinards n’ont plus ce goût de fer horrible.

 

PROBLEME D’OUIE, je ne fais plus répéter trois ou quatre fois les gens, certains sons graves ne rentraient pas dans mon oreille, si bien que je l’avais l’impression que certaines personnes me parlaient en morse, cela durait depuis pas mal d’années, je ne me souviens pas récemment avoir fait répété mon fils

 

VERTIGE je n’ai plus fait de syncope, j’ai moins peur en descendant les escaliers, avant la tête me tournait et j’étais tombée plusieurs fois, même sur un sol plat, certains jours je voyais le sol bouger, je ne longe plus les murs de peur de tomber, je perds encore un peu l’équilibre mais ce n’est rien par rapport à avant, j’ose redescendre l’escalier normalement et non plus à quatre pattes et à reculons comme jusqu’en Décembre.

 

Vous voyez la liste est longue et j’en ai sûrement oublié sûrement au passage, j’étais dans un tel état physique que c’est incroyable d’avoir pu réussir à supprimer autant de malaises, il m’a fallu 8 mois et je n’ai pas encore gagné car il m’en reste encore beaucoup, ma fibromyalgie me le rappelle tous les jours, mon foie aussi.

 

J’espère que ce message fera réfléchir des malades et peut être seront ils tentés de faire comme moi, voir si le vilain petit canard n’est pas l’aspartame et le stopper complètement.

 

Malgré ce que l’on m’a dit il y a 30 ans, je ne suis jamais devenue diabétique, j’avais juste une hyperglycémie provoquée positive, je suis plutôt depuis toutes ces années en hypoglycémie.

Par contre cela m’a rendu bien malade et a détruit ma vie.

 

Après deux ans sans aspartame

 

Mon ophtalmologue a constaté sur moi les réparations de mes yeux et ce qu’il m’a dit m’a fait énormément plaisir :

Même si rien n’est prouvé pour l’aspartame, j’ai constaté sur vous et j’ai bien reçu le message, je fais remonter les informations.

 

Mon rhumatologue et mon généraliste ont constaté aussi ces améliorations et sont du même avis.

 

La meilleure preuve qui puisse être amenée, c’est notre corps qui peut la montrer et non pas toutes leurs analyses sur lesquelles des doutes planent.

 

A vous de faire le choix pour votre santé