Bienvenue
sur

Eleutherococcus

Éleuthérocoque

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=eleuterocoque_ps

Noms communs : Éleuthéro, éleuthérocoque, ginseng de Sibérie.
Nom botanique :
Eleutherococcus senticosus, anciennement Ancathopanax senticosus, famille des araliacées.
Noms anglais :
Siberian ginseng, eleuthero.
Nom chinois :
Ci Wu Jia.

Parties utilisées : La racine et, plus rarement, les feuilles.
Habitat et origine :
Originaire de la Sibérie et du nord de la Chine, cet arbuste est de la même famille (araliacées) que le ginseng (Panax ginsenget Panax quinquefolius), mais d'un genre botanique différent. Plante forestière qui tolère des climats plus froids que ses cousins, l'éleuthérocoque colonise les forêts mixtes situées au-delà de la limite géographique du Panax ginseng.

Indications

Stimuler l'appétit et les défenses immunitaires, combattre la fatigue et le stress, augmenter la mémoire et le bien-être général.

Posologie

Infusion. Infuser de 2 g à 4 g de racine séchée dans 150 ml d'eau bouillante. Boire 1 ou 2 tasses par jour.

Racine séchée en capsules ou comprimés. Prendre de 0,5 g à 4 g de poudre de racine séchée par jour, en deux ou trois doses.

Teinture (1:5). Prendre de 10 ml à 20 ml par jour, en deux ou trois doses.

Extrait fluide (1:1). Prendre de 2 ml à 4 ml par jour, en deux ou trois doses.

Extrait solide (20:1). Prendre de 100 mg à 200 mg par jour, en deux ou trois doses.

N.B. On recommande généralement de prendre toutes les six à douze semaines une pause thérapeutique d'une à deux semaines.

Historique

Les Chinois, qui font grand usage de plantes de la famille des araliacées, connaissent l'éleuthérocoque depuis environ 4 000 ans. Ils lui attribuent le pouvoir d'accroître la longévité, d'améliorer l'appétit et la mémoire et, de manière générale, de contribuer à la santé.

Les Russes, quant à eux, n'ont découvert la plante qu'en 1855 lorsque deux scientifiques l'ont identifiée pour la première fois au cours d'un voyage dans le nord du pays. Cependant, ils ne s'y sont vraiment intéressés que vers la fin des années 1950, au moment où ils cherchaient des produits de remplacement économiques pour le très cher ginseng. Ils ont alors fait de nombreuses études cliniques (plus de 4 300 sujets en tout) sur cette plante, principalement pour vérifier ses effets adaptogènes.

Le concept d'« adaptogène » a été élaboré en 1947 par un scientifique russe (Lazarev) qui cherchait à définir le type d'action de plantes comme le ginseng. Selon ce concept, une substance adaptogène accroît de manière générale (non spécifique) la résistance de l'organisme aux divers stress qui l'affectent. Tout en provoquant un minimum d'effets indésirables, un adaptogène exerce une action régulatrice non spécifique sur de nombreux organes ou fonctions physiologiques (voir notre fiche sur le ginseng). On a découvert à cette époque que l'éleuthérocoque renfermait des éleuthérosides, substances aux propriétés similaires à celles des ginsénosides du ginseng. Les deux plus abondants sont les éleuthérosides E et B.

L'éleuthérocoque, appelé à tort « ginseng de Sibérie » (appellation maintenant bannie), a commencé à être utilisé comme plante médicinale en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord vers 1975.

Recherches

Comme c'est le cas pour le véritable ginseng (Panax ginseng et Panax quinquefolius), l'action adaptogène de l'éleuthérocoque n'a pas été démontrée de manière satisfaisante dans le cadre d'essais cliniques répondant aux critères actuels de la médecine fondée sur les preuves. Le concept de substance adaptogène, bien que fort intéressant, s'insère mal dans le contexte de la recherche médicale moderne et est plus ou moins compatible avec les protocoles qui ont habituellement cours dans les études cliniques1. Ce qui pourrait d'ailleurs expliquer les incohérences et les contradictions que les divers essais cliniques ont révélées

Performances physiques. Bien que des chercheurs soviétiques aient mené dans les années 1960 plusieurs essais cliniques qu'ils ont qualifiés de positifs, plusieurs études plus récentes et de meilleure qualité méthodologique n’ont pas été conclantes2.

Herpès. Une étude à double insu avec placebo portant sur 93 sujets souffrant de crises récurrentes d'herpès indique que l'éleuthérocoque (2 g par jour) peut réduire le nombre de crises3.

Fatigue, difficulté de concentration, convalescence. La Commission E et l’OMSreconnaissent l'éleuthérocoque comme un tonique qui peut soutenir et stimuler l'organisme en cas de fatigue et de faiblesse, lorsque la capacité de travail ou de concentration est amoindrie ou au cours d'une convalescence.

Une étude préliminaire à double insu avec placebo menée auprès de 20 personnes âgées hypertendues souffrant de fatigue et de manque de vitalité a été publiée en 2004. Après quatre semaines, les sujets ayant pris chaque jour 300 mg d’un extrait d’éleuthérocoque ont connu une plus grande amélioration de leur état que ceux ayant pris le placebo. Cependant, après huit semaines, cet effet ne s’est pas maintenu. Par ailleurs, les chercheurs soupçonnent que l’effet placebo a joué un rôle dans les résultats obtenus, car une grande proportion (70 %) des sujets du groupe traité avaient deviné qu’ils recevaient le traitement actif plutôt que le placebo.

En 2004, des chercheurs américains ont publié un essai à double insu avec placebo mené auprès de 76 personnes souffrant d’une forte fatigue d’origine inconnue depuis au moins six mois. Après deux mois de traitement, la fatigue des participants des deux groupes avait diminué de façon équivalente. Cependant dans un sous-groupe de sujets dont la fatigue était moins grande, l’éleuthérocoque a été plus efficace que le placebo.

Stimulation du système immunitaire. Les résultats d'essais in vitro indiquent que l'extrait des racines de la plante a une activité antivirale à large spectre. Au cours d'une étude menée sur 36 sujets en bonne santé ayant pris un extrait d'éleuthérocoque, les chercheurs ont constaté un effet immunomodulateur marqué. Au cours d'un essai clinique portant sur 50 sujets et comparant un extrait d'éleuthérocoque avec un extrait d'échinacée, les chercheurs ont prélevé du sang des participants avant et après un mois de traitement : ceux qui avaient pris l'éleuthérocoque présentaient une augmentation importante de l’activité de leurs mécanismes immunitaires8.

Par ailleurs, la racine d'éleuthérocoque entre dans la composition d'une préparation à base d'andrographis (Kan Jang®, 85 % d’andrographis, 10 % d’éleuthérocoque) qui est destinée au traitement des infections des voies respiratoires et qui a fait ses preuves dans des essais cliniques. D’autres produits renfermant entre autres plantes de l’éleuthérocoque ont donné de bons résultats comme adjuvant en cas de pneumonie et dans le traitement d’infections des voies respiratoires supérieures.

Précautions

Attention

Il peut arriver que, chez les personnes atteintes d'athérosclérose ou de cardite rhumatismale, l'éleuthérocoque provoque des palpitations, de la tachycardie et une élévation de la tension artérielle. Selon la gravité des symptômes, il faudra alors diminuer la dose ou, plus rarement, interrompre le traitement.

L'éleuthérocoque peut augmenter le taux de sucre dans le sang après un repas14. Avertir son médecin, afin qu'il puisse, au besoin, revoir la posologie des médicaments hypoglycémiants classiques.

Contre-indications

La Commission E recommande d'éviter de prendre de l'éleuthérocoque en cas de tension artérielle élevée (plus de 180/90).

Traditionnellement, on déconseille la plante aux enfants de moins de 12 ans ainsi qu'aux femmes enceintes et à celles qui allaitent.

Effets indésirables

Aux doses recommandées, l'éleuthérocoque est virtuellement dénué d'effets indésirables. Rarement : diarrhée temporaire, troubles du sommeil.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

Théoriquement, les effets de la racine d'éleuthérocoque pourraient s'ajouter à ceux d'autres plantes ou suppléments dont l'action est anticoagulante, antiplaquettaire ou hypoglycémiante.

Avec des médicaments

Selon un essai clinique sur des sujets en bonne santé, l’éleuthérocoque n’interagirait pas avec les médicaments, car il n’a pas d’effet activateur ou inhibiteur de l’activité des cytochromes. Ces derniers sont des enzymes-clés dans le métabolisme des médicaments.

Théoriquement, les effets de la racine de l'éleuthérocoque pourraient s'ajouter à ceux des médicaments anticoagulants, antiplaquettaires, hypoglycémiants, hypotenseurs ou hypertenseurs.

Sur les tablettes

Dans le passé, on a parfois substitué l'éleuthérocoque au véritable ginseng (Panax ginsengPanax quinquefolius), mais les résultats d'une étude publiée en 2001 indiquent que cette pratique n'a plus cours aujourd'hui. Par contre, selon les auteurs de cette étude, la teneur en substances actives peut varier considérablement d'un produit à l'autre et ils recommandent, par conséquent, que les produits soient normalisés.

 

 

 

Ginseng sibérien : (Eleutherococcus senticosus)

Système glandulaire

www.helenecorbin.com/securestore/c181139p16328331.1.html

(Classification : Herbe amère. Énergie chaude. Le ginseng sibérien est membre de la famille des ginsengs, quoi qu'il soit d'une espèce différente des autres ginsengs populaires tels que la variété panax. Les herboristes le qualifient d'adaptogène. Son nom vient du chinois "jen shen" qui signifie "racine d'homme", ainsi nommé à cause de la forme des racines ayant une forme humaine.

Les Orientaux le considèrent comme un tonique pour tout le corps. La racine n'est pas récoltée avant qu'elle n'atteigne l'âge de deux ans ou plus; plus la racine est âgée, plus elle a de valeur. Le ginseng est considéré en haut estime en Chine où il est précieux depuis des milliers d'années, justifiant ainsi son prix plus élevé que l'or. On trouve le ginseng sibérien en Sibérie. De nombreuses formes falsifiées de ginseng existent sur le marché. "Nature's Sunshine" n'utilise que la meilleure racine de ginseng disponible, soumise à des mesures de contrôle de qualité rigoureux.

Usage traditionnel : Aide l'organisme à répondre plus rapidement au stress. Stimule les surrénales, le pancréas et la pituitaire pour réduire le glucose sanguin et diminuer l'inflammation. Utile en cas d'anémie, impuissance, insomnie, diarrhée, manque d'énergie, mauvaise digestion et mémoire défaillante. Excellente source de magnésium, phosphore et zinc. Le ginseng sibérien est l'une des meilleures herbes adaptogènes produites par la nature. En Chine et en Orient, ce concept est à la base même de leur approche préventive de santé et de bien-être. Une herbe adaptogène améliore la faculté d'adaptation du corps, par conséquent elle lui permet d'éviter d'atteindre le point d'affaissement ou d'accès de stress puisqu'elle aide le corps à s'harmoniser avec son environnement.

Ingrédients : 410 mg de racine de ginseng sibérien de la meilleure qualité. Récoltée en Asie