Bienvenue
sur

Echinacea

Echinacea

Echinacea angustifolia 

Descriptif et habitat

Echinacea purpurea est originaire du centre de l'Amérique du Nord. Elle est actuellement cultivée dans tous les pays tempérés. C'est une plante vivace, très élégante, à fleurs pourpres, en forme de marguerite aux sépales tombants, dont la floraison s'étale de juillet à septembre. Elle doit son nom à son cœur en forme de dôme (Echinacée dérive d'un mot grec signifiant hérisson).
On la multiplie par semis au printemps ou par séparation de touffe et de racines aux intersaisons. On utilise les racines, les fleurs ou la plante entière.

Usages et indications

La racine de la plante était déjà utilisée par les Amérindiens: ils l'utilisaient en externe lors de blessures, de brûlures, de piqûres d'insectes. Les Comanches la mastiquaient pour les maux de dents et de gorge. Les Sioux l'employaient très souvent comme antidote lors de morsures de serpent et au cours d'états infectieux. Les immigrants européens en Amérique du Nord s'y intéressèrent très rapidement.

Les premiers arrivants en Oklahoma considérèrent cette plante comme un remède universel. En 1880, un immigrant allemand, H.C.F. Meyer, conçut une préparation à base d'Echinacée, et la commercialisa sous le nom de "Meyer's Blood Purifier". Elle rencontra un immense succès populaire. Les autorités médicales d'abord sceptiques se laissèrent convaincre après qu'il eut proposé de se laisser mordre par un serpent à sonnette devant un groupe de médecins afin de prouver l'efficacité de son remède. Impressionnés, deux professeurs de médecine décidèrent d'expérimenter la potion, dont ils devinrent bientôt d'ardents défenseurs. La plante fut dès lors admise par la médecine officielle américaine.

Propriétés

Immunostimulante: certains de ses composants stimulent le système immunitaire selon différentes voies. Ils ont une action contre les virus, bactéries et champignons.

Anti-inflammatoire: cette action serait comparable à celle de l'Indométacine, sans en avoir les effets indésirables.

Antiallergique: Echinacea est un remède complémentaire efficace dans le traitement de l'asthme, par le cumul des deux propriétés précédentes.

Cicatrisante

Comment l'utiliser

La prévention: pour les sujets fragilisés, sensibles aux virus, la méthode la plus simple consiste à utiliser la teinture mère d'Echinacea selon le schéma suivant: une prise matin et soir pendant trois semaines, puis une prise matin et soir une semaine à 10 jours par mois.
Attention, la teinture mère est alcoolisée, ce protocole ne convient donc qu'à l'adulte.
Pour l'enfant, on peut utiliser des dilutions homéopathiques d'Echinacea, D1 ou D3 sont les plus efficaces. On les administre à raison d'une prise par jour, pendant toute la mauvaise saison.

En curatif: en cas d'affection virale ou bactérienne, en cas de lésion de la peau surinfectée, en cas de mycose…une prise trois fois par jour, jusqu'à guérison.
Je l'affectionne tout particulièrement, rajoutée à une infusion de thym sucrée au miel. En cas de pharyngite ou de grippe, je m'en prépare une thermos pour la journée.

Ce remède se combine parfaitement à d'autres traitements, autant homéopathiques qu'allopathiques.

 

Echinacée jaune pourpre

 

C’est une herbe médicinale, trésor des Indiens Sioux d’Amérique du Nord, qu’ils connaissent de longue date. Elle est parfaitement digne de notre attention car elle peut maîtriser les maladies les plus diverses et graves. Très mal connue, elle est pourtant d’une étonnante efficacité. Par les rares études déjà faites, cette plante se révèle être un puissant antiviral. Les trois variétés d’échinacée (pourpre, pâle et à feuilles étroites) sont cultivables. C’est en Suisse que sa culture pour la pharmacopée est la plus répandue, et l’échinacée demeure réputée l’anti-virale-immunitaire non spécifique No1 de la planète. Des études de son action renforcée en association avec le lapacho laissent entrevoir bien des espoirs, basés sur des faits concrets.

Affections virales de tous genres, attaques d’agents pathogènes,
grippes, refroidissements, asthme, pneumonie inflammations, états fébriles, rhumes, rhumes des foins, maux de tête, migraines, morsures de serpents

Maladies infectieuses telles que grippe, typhus, salmonelloses, méningite (Dr Madaus), stomatites, catarrhes, affections virales (B.Vonarburg), rhumes, furoncles, rhumes viraux (Dr Madaus), états fiévreux, refroidissements, états fébriles chroniques ( Dr Sneider), enrouements(Dr Moatti), infections des muqueuses, troubles lymphatiques, bronchites, rhumes des foins, appendicite (Zumsteg), rage (prévient et traite), syphilis, herpès, herpès labiaux et génitaux (G.Constantin). Poliomyélite, furonculose, anthrax, gangrène, pneumonie (Zumsteg), inflammations ovariennes et des trompes, endométrite, staphylocoques, angines, streptocoques, maux de tête (céphalée, migraines), amygdalite (Zumsteg), asthme, troubles respiratoires supérieurs (Zumsteg), varicelle, certains fibromes de tous genres (Grau-Jung-Munker), psoriasis (D.Podlech), affections chroniques (Dr Moatti), surmenage moral ou physique, affections suppurantes, prostatite (B. Vonarburg), asthénies sexuelle (Dr Moatti), frigidité, pseudo-frigidité (Dr P. Creuzé 1947), inflammations vaginales chroniques, annexite= (salpingo-ovarite)(A. Zirilli). troubles de la ménopause, troubles fonctionnels (Dr Moatti), asthénie des vieillards. Allergies de toutes natures, atonie locomotrice ( Dr Creuzé ), morsures de serpents (Dr E. Littre 1908 ), irritations de la vessie, préservatif multiple: elle accroît étonnament l’immunité par son action d’interféron intracellulaire, antivirale multiple, (C.Serres). HIV, Sida avec germanium organique et lapacho, ShiiTaKé (Prof. Serge Jurassunas, G.Constantin), viola tricolore et gentiane.
(suite) Rhinopharyngites a répétition (Dr.M.Tétau), Otites, mononucléoses infectieuses (R.Mabey, 1990), affections O.R.L, angines répétées, sinusite chronique, infections urinaires récidivantes (M.Tétau), empoisonnements sanguins, malaria avec lapacho et armoise, chancre syphilitique, affections virales aiguës, rougeole (Julian Scott, 1991), oreillons, inflammation du cerveau et de la moelle avec douleurs (R.Mabey, 1990), cas de contamination (même la où les antibiotiques n’agissent plus)
Plusieurs herpès labiaux et génitaux guéris à ce jour. staphylocoques vaincues et sans rechutes à ce jour, plusieurs cas de listéria délivrés, cas de fibromes utérins graves vaincus en quelques mois, plusieurs cas de salmonelloses vaincues à ce jour, 20 cas de staphylocoques vaincues et sans rechutes à ce jour.