Bienvenue
sur

Le Déclic

MEMOIRES D’UNE FIBROMYALGIQUE

 

 

Ce titre est un clin d’oeil à Mémoires d’un âne,

car, avec la maladie, notre cerveau rencontre beaucoup de problèmes, il souffre et cela a d’énormes répercussions sur notre vie de tous les jours.

D’ailleurs, à ce sujet, nous pourrions tous ensemble écrire le Bêtisier du Fibrofog. A nous tous, nous avons accumulé tellement de bêtises quand nous sommes en crise, qu’un livre entier pourrait lui être consacré.

 

Tout au long de ce chapitre, vous découvrirez étape par étape mon cheminement pour combattre cette maladie, car pour moi c’est bel et bien une maladie très grave.

Le jour où la recherche découvrira l'origine de ce mal aux conséquences multiples, on ne parlera plus de symptômes mais bel et bien de maladie

 

Cette maladie n’est pas récente, des écrits très anciens la décrivaient déjà, elle a portée des noms différents et son nom définitif est peut être encore inconnu.

 

Elle touche le monde entier et de par le monde, tous les pays cherchent ou écrivent sur cette maladie.

 

Il y a 10 ans, ils parlaient d’une maladie orpheline et rare, maintenant seul le terme orpheline a été conservé car elle n’est plus rare. En 10 ans, les choses ont bien évolué dans la recherche mais pas encore suffisamment.

Grâce à l'évolution de la recherche et à une meilleure approche de la maladie le diagnostic est fait sur un nombre de plus en plus important de personnes

Nous avons pu constater, de par nous même, que nos familles sont touchées, nos parents et nos enfants.

Pourquoi cela ? Pourquoi pas tous les membres de la famille ?

Je reviendrai sur toutes ces questions et je vous expliquerai ce que j’ai pu constater tout au long de mes recherches.

 

Le facteur déclencheur pour mes recherches a été l’état de santé de ma petite fille à l’époque âgée de 3 ans et qui a été très mal durant une année.

Cela a été un choc pour moi, car j’ai commencé à voir sur elle des symptômes que j’avais présentés dans ma jeunesse et au début de ma maladie.

J’ai voulu faire vérifier par des médecins que ce n’était pas un effet de mon imagination, que je ne voyais pas la fibromyalgie partout.

Le résultat n’a pas été concluant, car peu de médecins connaissent la fibromyalgie sur enfant, mais leurs réponses voulaient tout dire :

Un chien ne fait pas un chat.

Mettez là sous globe, protégez là au maximum.

Ce mois là, j’avais fait ausculter ma petite fille par trois médecins de spécialités différentes.

Le constat a été pour moi une horreur, j’avais transmis par hérédité à ma petite fille ma saleté de maladie, mais comment est ce possible ?

Je m’en voulais atrocement, j’ai eu du mal à surmonter ce constat.

De plus ma mère, qui a 76 ans, est également fibromyalgique, elle est atteinte et fort malade depuis plus de 30 ans, elle n’est jamais arrivée dans l’état que je présente car elle a une vie calme et plus aucune responsabilités.

 

Donc après avoir accusé le coup, je me suis jurée que ma petite fille ne vivrait pas mon enfer de vie, n’arriverait pas en fauteuil roulant et que je trouverai tout sur cette maladie, son origine, les organes touchés, les malaises et comment y remédier.

 

Voilà comment une mamie malade peut se lancer dans la recherche, tester sur elle des produits, devenir un rat de laboratoire et un cobaye

 

PAR AMOUR