Bienvenue
sur

Constat après 4 ans

 

Constat après 4 ans

 

En me lisant vous avez constaté que j’ai trouvé un énorme soulagement avec le traitement que j’ai entrepris pour ma propre fibromyalgie.

 

 

 Après 4 ans de recherches et d’essais comme cobaye, le constat est très positif. J’ai démêlé complètement ma pelote de laine, même si les derniers nœuds m’ont donné du fil à retordre.

 

Il me reste encore cette fameuse origine que je suspecte

Je suis plus que jamais sur la piste d’un bacille de koch qui aurait sûrement muté et généralisé au corps entier. De plus il serait héréditaire et se réveille avec certains facteurs déclencheurs. Il est tapi en nous durant de nombreuses années et lors d’un événement qui touche à l’équilibre de l’hypophyse, il se réveille et met au grand jour son travail de destruction qui sommeillait dans le corps entier.

Depuis un certain temps je pensais qu’il y avait ce que j’appelle des porteurs sains ou non, cela rappelle une autre grave maladie. Dernièrement j’ai découvert que c’est exact, nous ne sommes pas tous égaux face à la tuberculose. Un point positif de plus pour mes recherches si ce facteur X est de la famille du bacille de Koch.

Il attend tapis dans l’ombre qu’une bonne raison arrive pour montrer qu’il est là et qu’il nous possède.

 Après c’est une mauvaise copine

avec qui il va falloir composer et finir sa vie.

Avant d’atteindre la totalité du corps, son chemin d’action suit les glandes que l’hypophyse ne contrôle plus correctement et qui sont fragilisés. Donc d’un malade à un autre, cela peut être complètement différent, un organe peut être plus atteint qu’un autre.

Quand il est bien ancré en nous il atteint l’hypothalamus et là encore le chemin se divise en deux.

Pour simplifier, l’hypothalamus travaille comme un interrupteur marche-arrêt.

Il a différentes fonctions en tant que directeur du corps qui font naître des extrêmes insoupçonnées.

 

Ces deux glandes atteintes, l’hypothalamus et l’hypophyse, cela donne un nombre incalculable de fibromyalgies différentes, un arbre avec plein de ramifications.

 

 

Ce que j’ai découvert jusqu’à ce jour m’a permis de soulager énormément de malaises destructeurs dans mon corps mais pas encore d’atteindre et de rendormir l’origine.

A chaque avancée que je faisais, j‘avais l’impression que cet hôte indésirable qui est en moi se déplaçait et se réveillait ailleurs. De mois en mois je l’ai acculé dans un recoin, j’ai repris petit à petit le terrain qu’il avait gagné. J’ai gagné pas mal de rounds du combat que je mène depuis quelques années, mais je ne l’ai pas encore mis KO

Pour l’instant, une seule recherche n’a pas été menée à son terme, la partie génitale et mammaire, il était déjà trop tard pour moi.

Cependant je dois mener à bien cette étude pour des raisons autres que la fibromyalgie. Fin décembre 2007, il m’a été diagnostiqué un cancer du sein.

J’ai été opérée fin Janvier 2008 avec une conséquence dont aucun spécialiste ne connaît l’origine et n’arrive à stopper, j’ai une forte inflammation du sein à l’opposé de l’opération. Pour ma part je pense que ma fibromyalgie a fait des siennes à cet endroit. Il va donc falloir que je me penche sérieusement sur ce que je soupçonne et trouver comment y remédier.

Je n’ai plus ces douleurs inhumaines, je n’ai plus fait de crise interminable depuis près de deux ans. Une crise dure quelques heures, et souvent j’en suis responsable, j’ai trop forcé, j’ai voulu faire comme tout le monde. Ou l’autre motif que je ne peux gérer, la météo, ce temps épouvantable sans soleil, humide et froid ainsi que ces brusques changements de pression atmosphérique.

Je m’oblige chaque jour à respirer à fond régulièrement pour nettoyer mon sang et mes muscles.

Par contre, je dois supporter les dégradations et les conséquences de tant d’années de maladie.

Mon corps a vieilli prématurément

le pire a été les conséquences sur mes jambes

Cependant je ne désespère pas avec beaucoup de volonté de réussir à les récupérer, je m’y emploie régulièrement depuis le 25.08.2005  J’ai déjà énormément de résultats même si cela me fait beaucoup penser au conte de la petite sirène. Dans l’eau chaude aucun problème, mais dans l’air mes jambes me font souffrir

 Mon traitement n’est pas miraculeux

juste en rapport avec les malaises que je présentais

Je dois jongler chaque semaine ou chaque mois entre les différents produits et faire très attention aux sonnettes d’alarme. Cela en vaut la peine, je revis.

Je ne dois jamais baisser les bras et bien écouter mon corps pour l’aider par mon traitement quand il tire la sonnette d’alarme.

Si je ne le fais pas, il est submergé par ma mauvaise copine et cela prend plusieurs jours en souffrances ou malaises inutiles pour les stopper à nouveau.

A l’inverse des traitements habituels pour la fibromyalgie, je ne prends aucun médicament pour endormir mon système nerveux et mon l’hypothalamus car l’hypothalamus a le pouvoir de réparer le corps. Bien au contraire, je mets tout en oeuvre pour l’aider. L’homéopathe m’a fait prendre en cure des ampoules d’hypothalamus 7CH un soir sur trois et l’oligo élément zinc. Cela m’a aidé à réparer les ennuis mineurs et même à diminuer des malaises très profond, je me rends compte qu’un arrêt trop long de ces produits me pénalise.


Je suis comme un escargot,

je regagne lentement centimètre par centimètre

mais je reviens de tellement loin.

 

Je sais plus que jamais que cet équilibre instable disparaîtra le jour où j’aurai trouvé le produit ou les produits adéquats qui attaqueront l’origine. Je voudrais réussir à endormir pour de nombreuses années ce qui me ronge intérieurement.

Avec la fibromyalgie, je compare mon corps à un ogre, il a un besoin énorme de minéraux et de vitamines, la quantité nécessaire est complètement hors norme.

Si je ne fais pas cet apport, le plus naturellement possible, les stocks se vident très vite et je ne tiens pas le coup. C’est comme si le corps n’arrivait pas à assimiler les apports quels qu’ils soient ou qu’ils les utilisent très mal.

Mes recherches m’ont amenée sur le problème de la fatigabilité musculaire. Il m’est impossible de faire un geste répété, c’est comme si je faisais un marathon, ce qui n’est pas normal du tout. Alors, depuis plusieurs mois, je me documente sur la cellule et sa membrane. Domaine très ardu pour une simple malade mais je suis tenace et mon cerveau enregistre tout ce que je lis pour faire un tri sélectif et le faire réapparaître à bon escient au fil de mes lectures.

Je suis loin d’avoir terminé et sans une aide médicale en recherche, il me faudra encore quelques mois pour clôturer ce dossier. De plus le traitement que je prends pour me soigner devient de moins en moins abordable financièrement aux malades, ce que je déplore. Seule la recherche médicale pourrait trouver les médicaments allopathiques qui auraient les mêmes résultats et que chacun pourrait se voir prescrire pour être soigné.

Toutes ces recherches et documentations seront rassemblées et mises par écrit dans un chapitre suivant